2017

24 mars 2017

Assemblée générale extraordinaire.
Modification des statuts.
Élection du nouveau conseil d'administration :
Sylvie Delamillieure, Frederique Denat, Eliane Eberhard, Isabelle Fabre, Maria Huteau ,Thierry Paruzinski, Anne Léopoldine Vincent
Nouveau bureau
Président : Thierry Paruzinski (54)
Vice Présidente : Isabelle Fabre (17)
Secrétaire : Maria Huteau (17)
Trésorière : Frédérique Denat (56)
Membres du conseil d'administration chargés de missions particulières:
Eliane Eberhard (91): représentante de la SOFMEN pour la région parisienne
Anne Léopoldine Vincent (44) : chargée des
relations avec l’ASCOMED, chargée du CNP-SP, veille réglementaire
Membre d'honneur désigné à l'unanimité du conseil d'administration : Laurence Cerf

La Santé scolaire, une singularité

Article paru dans le Concours médical en janvier 2013. Il fait suite à l'étude professionnelle de 3 médecins lors de leur formation initiale à l'EHESP, il a été dirigé par le Dr Agnès Ducros

PUBLICATION - concours médical.pdf
Document Adobe Acrobat 47.9 KB

2016

01/07/2016 : Assemblée générale. Élection du nouveau bureau

25 janvier 2016 : colloque de l'AFPSSUEnfants et adolescents orphelins ou blessés de la vie. Les aider à avancer

Bonne et heureuse année 2016.

Nous souhaitons plus que jamais rester au service de la santé et du bien être de l'enfant à l'école

2015

Nouvelle formation !!! le DU EPILEPSIE ET SCOLARITE
Le Dr Stéphane AUVIN neuropédiatre à Debré vient de créer un DIU épilepsie et scolarité à Paris. Il est spécialiste de l'épilepsie de l'enfant et dans le cadre de ses recherches dans un labo de l'INSERM a beaucoup travaillé sur la scolarité des enfants épileptiques. Ses travaux sont très intéressants et le DIU peut être une vraie plus-value.

http://www.medecine.univ-paris-diderot.fr/…/498-epilepsie-s…

Journée du CRTLA de Rennes : 4 décembre 2015

Troubles du langage oral : Pistes de réflexions et expériences cliniques

Assemblée générale de la SOFMEN : 21 novembre 2015 au rectorat Nantes ANNULEE

Colloque SNAMSPEN : 12 et 13 novembre 2015

« Les troubles de l'appareil locomoteur : Actualisation des connaissances pour une meilleur pratique en milieu scolaire »(Faculté des Saints Pères à Paris)

70 ans de l'EHESP : 2 et 3 octobre 2015

2014

Assemblée générale de la SOFMEN le 28 novembre 2014 à l'EHESP, Rennes

!!Dans vos agendas également, à Rennes, le 17 octobre 2014 : Journée régionale du centre du langage "Troubles d'apprentissage et l'école"

Dans vos agendas : colloque du SNAMSPEN les 13 et 14 octobre 2014 "Explosion des pathologies chroniques : de la connaissance à la pratique en milieu scolaire"

!!!!!  n'oublions pas non plus le congrès de l'AFPPSU les 7 et 8 novembre 2014 : "Sévices aux enfants"

NOUVEAU !!!

Notre collègue le Dr Charlet a crée et gère le forum :forum.sofmen.fr

Allez y pour échanger !

21 janvier 2014

Notre présidente le Dr Vincent présente la SOFMEN à l'ensemble de la promotion des nouveaux médecins en formation à l'EHESP

10 janvier 2014 : réunion de travail du bureau de la SOFMEN

Réunion à la DSDEN 91 pour préparer le colloque 2015

06 novembre 2013 : la SOFMEN est acteur au CNP-SP

21 octobre 2013

Le Dr Géraldine Simon Gras, du bureau de la SOFMEN a partcipé au groupe de travail sur la formation des médecins de l'éducation nationale à distance pour la promotion 2013-2014 au Ministère de l'Action Sociale et de la Santé

11 octobre 2013 : Assemblée générale de la SOFMEN à l'EHESP

L'assemblée générale de la Société Française des Médecins de l'Education Nationale a eu lieu à l'EHESP de Rennes le 11 octobre 2013 au cours d'une journée de travail du conseil d'administration.

Le CA a été renouvelé ainsi que le bureau.

19 juin 2013 :Participation à l’assemblée générale du CNP de Santé Publique pour la mise en place du DPC

14 juin 2013 :PUBLICATION DU HCSP sur sa page facebook

Avis du Haut Conseil de Santé Publique sur la Médecine Scolaire février 2013

Le HCSP appelle à : une redéfinition des missions de la médecine scolaire, une clarification des rôles des personnels, une réorganisation de la gouvernance, une stratégie de formation ambitieuse.

 

le HCSP appelle à : une clarification des missions de l’école en matière de santé et de celles du personnel de santé scolaire ; une meilleure intégration du personnel de santé dans les politiques de santé, nationales et régionales via une gouvernance renouvelée ; une formation en santé publique initiale et continue pour les personnels de santé et les personnels éducatifs adaptée à la santé de l’enfant et de l’adolescent.

 

Ainsi, le HCSP recommande spécifiquement :

1 - De réorganiser les missions de la médecine scolaire en référence aux enjeux de santé individuelle et de santé publique, notamment :

• par un recentrage des examens de santé périodiques sur deux consultations devenant réellement systématiques. Les consultations réalisées auprès de tous les enfants au cours de leur 6e et de leur 12e année, intègrent un entretien et un examen clinique. Ils comportent une partie commune à tous les enfants et une partie adaptée en fonction du contexte individuel et socio-économique local ; ils participent à la réduction des inégalités de santé. Dans la plupart des cas, les bilans seront réalisés par les infirmiers d’établissement ; les enfants seront orientés vers le médecin en cas d’atteinte de la santé (physique ou psychologique). Les principes de cette progression doivent être décrits dans la future loi de santé publique. De même, ces examens périodiques doivent être prévus par la loi d’orientation sur l’Ecole dans le cadre de la politique de promotion de la santé.

• par le renforcement de l’accueil individuel des enfants, à leur demande ou dans le cadre d’un problème médical précis (par exemple, lors de la réalisation d’un Projet d’Accueil Individualisé).

 

2 - De renforcer les liens multilatéraux entre médecine scolaire, médecine de prévention territorialisée, médecine de ville et médecine hospitalière.

 

3 - De renforcer le rôle de la santé scolaire dans la mise en œuvre des politiques nationales et locales de santé, en réorganisant sa gouvernance :

• au niveau national,

via une articulation plus étroite entre politiques d’éducation et politiques de santé, par un dispositif de conventionnement et la création d’une instance de concertation et de copilotage, ceci devant être prévu par la loi d’orientation sur l’éducation ;

• à l’échelon régional, par une intégration plus forte de la médecine scolaire dans les plans régionaux de santé publique pilotés par les ARS ;

• à l’échelon local, en rendant systématique la contractualisation d’un « parcours éducatif en santé » au sein des Comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) à l’échelle de bassins de vie, incluant les examens de santé périodiques, les actions de prévention, la progression en matière d’éducation à la santé et la contribution des différents acteurs de santé et du social à la santé des élèves. Ce parcours éducatif devrait être intégré à la loi d’orientation sur l’éducation et son contenu défini par arrêté conjoint des ministères de l’éducation nationale et de la santé ; il importe également de systématiser les CESC de bassin qui fédèrent les politiques des écoles, des collèges et des lycées à l’échelon d’un territoire.

4 - De développer une culture en santé publique commune aux personnels scolaires (d’éducation et de santé) pour renforcer la cohérence des équipes éducatives au sein des établissements, fondée notamment sur un dispositif de formations initiale et continue mis en place à l’échelon régional au sein des Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) :

une formation adaptée doit renforcer les compétences de l’ensemble des enseignants en matière de repérage, notamment ceux des cycles 1 et 2 (de la petite section de maternelle au CE1) ;

• la formation continue des médecins et infirmiers doit être systématisée ;

• la création d’un consortium universitaire est nécessaire pour systématiser les formations de tous les acteurs, de façon à couvrir l’ensemble du territoire. Pour ce faire, il importe de lancer dès que possible un appel d’offre national d’une durée suffisante (quatre ans).

 

avis haut conseil de la santé publique m
Document Adobe Acrobat 213.8 KB